10 juillet 2009

C'était il y a 10 ans...

C'était il y a 10 ans... tu es arrivé en fin d'après- midi, tout mouillé avec de minuscules petites plumes noires sur la tête, tu ressemblais à un moineau frissonnant. Je n'ai pas pu te garder longtemps contre moi, j'ai dû te laisser partir dans des bras inconnus, dans une cavalcade de jambes et de sabots... je me souviens du bonheur immense et puis le vide, la peur... Je me suis retrouvée seule, dans un couloir sombre, avec des larmes coulant dans les cheveux et ton odeur tiède sur le bout de mes doigts. J'ai connu la chambre vide, mon lit immense et blanc et la place trop grande où manquait ton berceau. Tu n'étais pas très loin, juste au dessus de moi, quelque part, j' ai été autorisé longtemps après avoir souffert du manque de toi , à aller te rendre visite. Et je t'ai vu, petit et nu, allongé sur le dos, les yeux clos, toujours les yeux clos. Tu paraissais si fragile, si fatigué. De ton nez si parfait, si petit, sortaient des tuyaux qui me semblaient beaucoup trop épais. Tu étais perdu dans un entrelas de tubes, de fils, de capteurs gris. Je ne voulais pas tout ça. Je voulais qu'on te laisse tranquille, qu'on te rende à moi. Je voulais que s'arrête le bruit incessant des machines, ne plus entendre les bip- bips stridants.On m'a autorisé à te toucher. Il fallait que je passe ma main dans une petite trappe. Je me suis approchée timidement. Il y avait tellement de chose autour de toi que j'avais peur de déranger un tuyau, de te faire mal. J'ai touché ta peau infiniment douce et chaude du bout de mon doigt... seulement ça. J'ai passé des heures, à te regarder dormir à travers le plastique de ta couveuse, je guettais les frémissement de tes paupières, le tremblement de tes doigts. Je voyais ton ventre lisse se soulever péniblement, imperceptiblement, et puis se creuser juste après en un effort considérable. Je ne faisais rien d'autre que te regarder. Je ne servais à rien. Je ne te donnais pas mon lait, ni mes bras, ni ma voix en chuchotement au creux de ton oreille. Pourtant j'en avais des chansons jolies qui ne demandaient qu'à gambader vers toi. je restais là, sur mon tabouret de fortune, à laisser mes larmes sortir de mes yeux, à me faire bousculer par les soignants, par leurs gestes et leurs mots durs... Ils ne savaient pas, et répondaient du bout des lèvres à mes questions, essayant de se débarrasser de mes yeux tristes. Je ne te prennais pas en photo. J'arrivais le matin près de toi, après avoir fait ma toilette et avoir mis du rose sur mes joues pour me faire un peu jolie pour toi. Je tenais mon appareil photo serré mais jamais je n'arrivais à m'en servir.

Au bout de plusieurs jours on m'a dit qu'il fallait que je m'en aille. Que je devais rentrer chez moi, que je prennais le lit d'une autre maman. Ca non plus je ne le voulais pas, mais je n'ai pas eu le choix. Des préparatifs de mon départ, je ne me rappelle rien. Juste le souvenirs de moi assise sur les marches de l'hôpital, le soleil en plein sur la figure, ses rayons faisant couler mes yeux. Il y avait d'autres maman autour de moi avec leurs sacs et leur sourires, un papa tout niais pas très loin tenant à bout de bras un couffin un peu lourd. Et moi, je m'en allais avec mon bouquet de fleurs et ta valise pleine; tes petites brassières, tes chaussettes blanches, rien, on m'avait dit que je pouvais tout ramener avec moi puisque rien ne te servirais là- bas.

J'ai détesté ce jour, où l'on me disais qu'il fallait que je me reprenne, j'ai détesté ces voix qui m'ont dit ça. A la maison, j'ai tourné en rond, je ne trouvais pas ma place. Je me cognais aux choses, je me heurtais aux autres. J'avais mal de ne pas être avec toi. J'étais vide de toi.

Je pensais à toi, tout le temps, perdu au milieu de tes tuyaux froids, sans mes mains pour te réchauffer les pieds, sans mon ventre pour te réconforter. Toi, dormant et luttant dans toute cette lumière aveuglante, sans mon épaule où te réfugier, te cacher...

Et puis un soir, le téléphone a sonné et on m'a dit d'une voix chantante que tu était tiré d'affaire, que tes analyses de sang étaient très bonnes et que ce n'était plus qu'une question de jours pour que l'on puisse venir te chercher et te ramener chez toi. Je suis venue immédiatement à l'hôpital. On t'avais débarrassé de tes noeuds. Tes bras étaient libres. Ne restaient plus que les vilaines traces des sparadraps sur ta peau fine. A mon arrivé, on t'a sorti de la couveuse et on t'a mis dans mes bras. On m'a dit que, si je le souhaitais, je pouvais t'habiller. Haaa...

C'était la fin d'un chapitre et le début de notre vie. Je t'ai promis ce jour là, qu'on allait rattraper le temps perdu et c'est la première chose que l'on a faite, quelques jours plus tard, quand on t'a ramené jusque chez nous, dans ton petit couffin... et l'on s'est aimé, aimé, aimé...

coco

Bon anniversaire mon amour... Je t'aime mon unique petit garçon, mon Colin

Posté par mamaco à 12:00 - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur C'était il y a 10 ans...

    quelle émotion...

    Posté par Pozzynette, 10 juillet 2009 à 13:05 | | Répondre
  • c'est emouvant ....a en pleurer ......

    ......................

    petit sourir qand tu dis :du rose sur mes joues pour me faire un peu jolie pour toi.

    (pour Ehma j'ai beaucoup pleuré ho mais elle avait la jaunisse (rien de grave)et de la voir dans son berceau avec la lumiere et le bandeau sur les yeux ....



    mon coco un happy pour toi pour tes 10 années

    Posté par pot de colle, 10 juillet 2009 à 14:06 | | Répondre
  • OUF !!!

    Olalaaaaaaa...j'étais impatiente pendant cette lecture, impatiente d'arriver à la fin, j'ai eu peur...mais non ça y est, c'est bon...cette émouvante histoire se termine bien,hip hip hip houraaaaaaa!!! Alors plein de bonheur encore et encore pour vous et HAPPY BYRTHDAY Colin !!!!!!!!
    Bisous.

    Posté par ROMANN, 10 juillet 2009 à 14:29 | | Répondre
  • Bon anniversaire au petit homme ... devenu grand car une décennie ce n'est pas rien !

    Posté par Melle Fait, 10 juillet 2009 à 14:49 | | Répondre
  • Quelle émouvante déclaration !
    HaPPy 10 Colin.

    Posté par lafeelafee, 10 juillet 2009 à 15:53 | | Répondre
  • très émue... joyeux anniversaire petit homme... et bravo pour ces mots sincères et remplis d'amour, je suis sure que ça doit le remplir de chaleur à ton Colin !

    Posté par la mere marmotte, 10 juillet 2009 à 19:48 | | Répondre
  • Je vous souhaite encore plein d'amour....
    que d'émotion!
    happy 10!!!

    Posté par annabelle, 10 juillet 2009 à 22:57 | | Répondre
  • Quelle jolie preuve d'amour que ce petit texte, je souhaite à Colin un joyeux anniversaire et une belle route.

    Posté par ac83, 10 juillet 2009 à 23:53 | | Répondre
  • Un très bon anniversaire à ton garçon devenu bien grand
    Quelle histoire touchante, ça me rappelle la naissance de ma fille il y a 2 ans mais elle était autonome malgré son mini gabarit.

    Posté par Doan, 10 juillet 2009 à 23:53 | | Répondre
  • C'est juste magnifique....

    Posté par Sévtoulouzen, 11 juillet 2009 à 09:31 | | Répondre
  • ...

    pffffffffff...j'ai beau connaître cette histoire, ce malheureux début de vie qui heureusement a une jolie fin (surtout quand on voit le beau garçon qu'est devenu Colin...), tu m'as quand même mis les larmes aux yeux...! halala sensibilité de la femme enceinte quand tu nous tiens !!!
    je t'embrasse fort et gros bibi à Coco

    Posté par sevea, 11 juillet 2009 à 10:09 | | Répondre
  • Qu'ils ont de la chance tes enfants d'avoir une maman qui sait si bien dire son amour, exprimer ses sentiments. A la fois pudiques et touchants, tes mots m'ont plus qu'émus.
    Bon anniversaire petit Colin!

    Posté par jule, 11 juillet 2009 à 13:19 | | Répondre
  • Quelle émotion 10 ans après .. certaines traces sont indélébiles. Bon anniversaire Colin

    Posté par virgô, 12 juillet 2009 à 10:01 | | Répondre
  • Colin, Calin... Si proches.. si émouvant ce témoignage..
    Lui aussi il t'aura causé quelques nuits blanches.. Ca n'empêche qu'est ce qu'on s'aime... sème... sème...

    Posté par Elise, 12 juillet 2009 à 23:11 | | Répondre
  • Toi tu as le chic pour me foutre les larmes aux yeux !!! Tu écris tellement de belles choses... bon anni petit, grand bonhomme... des bisous

    Posté par kkoeur, 13 juillet 2009 à 11:17 | | Répondre
  • tout comme d'autres j'ai eu peur de la fin de l'histoire... mais je suis tellement soulagée qu'elle se "termine" bien, pour mieux commencer ensuite, pleine d'amour et de rêves...
    Je ne te connais pas Laurence, mais je me reconnais beaucoup dans l'amour que tu portes a tes enfants, et dans ton regard sur la vie, cette mélancolie aussi qui te poursuit.
    je t'embrasse

    Posté par lili bo'm, 13 juillet 2009 à 11:20 | | Répondre
  • j'en ai la boule à la gorge...je pleure...j'avais peur..mais tout c'est bien terminé ..vous avez été courageux..il voulait rester!!!! tu l'as aidé..il l'a senti..
    joyeux anniversaire au petit bonhomme qui a trouvé la force!!!!!!!
    bisous

    Posté par la caboche, 13 juillet 2009 à 15:17 | | Répondre
  • C'est magnifique !!!!! un joyeux anniversaire un peu en retard a ce petit garçon tant aimé par sa maman

    Je t'embrasse

    Audrey

    Posté par audrey, 13 juillet 2009 à 16:15 | | Répondre
  • Wahou, ton récit est magnifique et les mots sont tellement bien choisis, à la fois criants de vérité et remplis de pudeur, que j'en suis toute émue. Félicitations pour ton courage et joyeux anniversaire à ton bonhomme !

    Posté par Anim Louloute, 13 juillet 2009 à 20:22 | | Répondre
  • Ça coule sur ma joue.
    J'aime bien quand ça finit bien, ou plutôt quand ça recommence bien.
    Est-ce qu'aujourd'hui tu pourrais faire la maman-kangourou ? Est-ce qu'aujourd'hui tu aurais droit à une chambre dans une "unité" parents-enfants ? Est-ce qu'aujourd'hui les mots seraient plus doux et les regards bienveillants ? Est-ce que ...
    To Bonhomme, tu as tracé ta route, et tu forces le respect avec ce combat-là, To la Maman tu émeus et tu forces le respect, aussi, avec cet accompagnement-là. Et to l'hôpital, qu'es-tu accompli depuis, hein ?

    C'est poignant-émouvant ce que tu as écrit. Ouf ! Il va bien. Son nom sonne comme une caresse, non ?

    Posté par La Grenouille, 14 juillet 2009 à 03:13 | | Répondre
  • quelle émotion à la lecture de tes mots, que de souffrance, que d'amour ... un joyeux anniversaire à ton garçon !!

    Posté par froufrou et capu, 15 juillet 2009 à 21:14 | | Répondre
  • Je suis passée ici par hasard... cela m'a ramenée il y a un an où je vivais des moments identiques...
    heureusement pour mon petit Gabin aussi cela c'est bien terminé !

    Posté par magali, 17 juillet 2009 à 20:41 | | Répondre
  • j'ai pleuré.....

    Posté par matine, 18 juillet 2009 à 14:30 | | Répondre
  • bon voilà.....j'ai pleuré.....ton texte m'a tant émue. Je n'ai pas connu ça mais juste en imaginant j'entrevois l'ébauche de ta souffrance....
    bravo pour votre courage (maman-papa-bébé)....la vie est à vous depuis 10ans et pour toujours...

    Posté par thaoser, 21 juillet 2009 à 10:34 | | Répondre
  • que dire...

    Je ne trouve pas les mots...j'ai vécu la meme histoire sauf que mon bébé est parti au bout d'un mois de calvaire... beaucoup de bonheur à vous!!!!!

    Posté par lili, 24 juillet 2009 à 16:40 | | Répondre
  • il y a des choses qu´on oubli jamais, gravé dans la mémoire de nos sentiments...et les larmes et la douleur, c´est contagieux ..

    Quel bonheur que cette histoire a une si belle fin sans fin..

    Bon anniversaire Colin!!!!!

    Posté par Maison Mimi, 31 juillet 2009 à 09:46 | | Répondre
  • je passe après bien des commentaires et le mien semble un peu réchauffé. tant pis, je tenais à te dire que j'avais été trés sensible à la lecture de ton texte . je ressens beaucoup de douceur, de délicatesse et de poésie dans ton univers qui me touche énormément. trés bel été pour les 10 ans de Colin!

    Posté par Adage, 02 août 2009 à 01:04 | | Répondre
  • Un petit baiser en espérant que tout va bien ... je t'embrasse ! marie

    Posté par Mulot, 03 août 2009 à 21:16 | | Répondre
  • Chui très émue à la lecture de ton récit... J'me dis qu'on a eu une chance folle avec notre petit Oscar qui est né en bonne santé et à terme... ça a du être très éprouvant tout ça pour toi et ton p'tit Colin, mais tout fini bien et on vous souhaite plein de bonheur et de belles choses à vous 2!!!

    Posté par BistouK, 09 août 2009 à 20:48 | | Répondre
  • Ce vide je l'ai connu.Depuis tout est resté vide chez moi...depuis 6ans.

    Profite de tes enfants. Tout l'amour que je n'ai jamais pu donner aux miens, je le donne aujourd'hui aux enfants des autres.Cela fait du bien aussi!

    Gros bisous!

    Posté par Papillon Bleu, 12 août 2009 à 09:58 | | Répondre
  • quel texte emouvant !!!
    Je comprends tes emotions ah être Maman .... c'est quelle chose d'extraordinaire .... ça vient des tripes ..

    Posté par yubee, 12 août 2009 à 13:22 | | Répondre
  • Bonjour !

    je découvre ton blog, et particulièrement ce post, avec énormément d' émotions... J' ai mis au monde mon petit Maé le 24 Juin 2009, il y a un mois et demi, et j' ose à peine imaginer la peine et le déchirement que tu as dû ressentir. Heureusement tout cela est loin maintenant !

    Bises.

    Delphine.

    Posté par Delphine, 15 août 2009 à 12:52 | | Répondre
  • bon anniversaire avec un peu de retard. j'en ai les larmes aux yeux et que de frissons parcourent ma peau

    Posté par jenny, 15 août 2009 à 15:38 | | Répondre
  • Ouf ça finit bien, j'ai eu si peur !

    Posté par Luciliu, 29 septembre 2009 à 14:12 | | Répondre
  • BONJOUR

    VOICI LA PREMIERE FOIS QUE JE PASSSE SUR VOTRE BLOG MAISUNE ENVIE SUBITE DE SOUHAITER UN BONN ANNIVERSAIRE A VOTRE COLIN CAR MON COLIN A MI AURA BIENTOT DIX ANS AUSSI!!! et votre message m'a emue!!!
    vous voici dans mes favoris!!!!

    Posté par caro, 30 novembre 2009 à 17:59 | | Répondre
Nouveau commentaire